Docteur en sociologie du travail, thèse soutenue le 29/09/2017 au CPN à Evry.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Domaines d’expertise

Sociologie du Travail et des Organisations

Philosophie sociale, Spinoza

 

Thèmes de recherche

Sujet de thèse : Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés: Question de convictions et de passions

A partir d'entretiens, détermination des différentes convictions des salariés et corrélation entre celles-ci et ses perceptions (de l'organisation qui l'emploie: Environnement et fonctionnement; de lui-même : ses objectifs, motivations, souhaits) et conduites (conformes ou non, soumises ou non, etc..), puis détermination de leurs affects (joie, crainte, peur, acceptation ou fatalisme, révolte) pouvant également expliquer leurs convictions, leur perception et surtout leurs conduites. Les organisations sont inspirées par une éthique dite dominante et les salariés qui y travaillent sont inspirés par diverses éthiques, l'éthique majoritaire n'étant pas forcément similaire à l'éthique dominante. Convictions et affects sont les causes profondes de l'action et les conditions et déterminations sociales en sont les motifs.

 

Sujet en philosophie : Pour un usage contemporain de Spinoza : prémisses d'une philosophie spinoziste actualisée.

La mobilisation de nombreux concepts « spinozistes » peut être très éclairante en sociologie du travail en particulier : (1) les affects (désir, crainte, acceptation, soumission ou révolte), (2) les énoncés,  « éthiques » ou autres, inspirant la raison et très différents selon si l'on est en position de domination ou « droit dans ses bottes » (s'en sortir seul en s'appuyant sur les autres, mérite) ou dominés (solidarité et justice sociale), et leurs liens avec les affects, (3) l'imitation des affects et la puissance de la multitude, (4) les notions de « nécessités de la nature » (Il faut faire avec) et d'institutions humaines (là, « on n'est pas obligé de ... »). Ces concepts éclairent également les concepts plus récents de liberté-aliénation et de domination-émancipation.

 

Sujet en epistemologie de la sociologie : Cette épistémologie permet d'abord une sociologie critique, puis une sociologie interprétative,  sociologie interprétative des agents, salariés dans notre cas, épistémologie qui considère d'une part leurs propres énoncés et d'autres part leur perception et priorisation d'une certaine manière des énoncés de leur organisation, enfin une sociologie inventive, en proposant d'autres énoncés d'organisation, des énoncés soit souhaités par le chercheur, soit ceux que le chercheur considère être souhaités par une majorité d'agents, et en imaginant les faits sociaux et leurs relations (causes à effets, corrélations, etc...) que ceux-ci inspireraient, en espérant que ce soit « mieux », les critères du « mieux » étant explicités au regard des énoncés préconisés : des faits sociaux perdurent quand même, d'autres disparaissent, d'autres apparaissent. Cette épistémologie mobilise les concepts développés dans le sujet philosophique.

 

Formation et parcours professionnel

Master 2 recherche en philosophie&Société à Sorbonne Paris 1 de 2013 à 2015.

Master 2 de sociologie production et Organisation à l'Université d'Evry  Val d'Essonne (2011). 

 

40 ans de vie professionnelle dans le secteur privé (I.T., Télécom, pétrole, avionique) dont 15 ans en R&D et 22 ans dans les offres et contrats.

Diplôme d'Ingénieur Sup Telecom Paris et T.U. München (1976)

D.E.A Sciences des organisation à Paris-Dauphine en 1981

Mise à jour : septembre 2016